menu

La GRIPPE SAISONNIERE

La grippe est une infection virale très contagieuse qui peut être grave chez les personnes les plus fragiles. Les épidémies de grippe surviennent chaque année en France au cours de l’automne et de l’hiver.

COMMENT LE VIRUS DE LA GRIPPE SE TRANSMET-IL ?

Quelle que soit la souche du virus de la grippe en circulation, la transmission suit toujours le même processus :

  • une personne contaminée est très contagieuse. L’épidémie de grippe se propage rapidement à travers les gouttelettes de salive porteuses du virus et émises dans l’air lorsque les personnes parlent, toussent ou en éternuent : d’où l’intérêt des “gestes barrière”. Des millions de virus de la grippe se retrouvent alors dans l’air, avant d’être inhalés par d’autres personnes qui seront contaminées à leur tour et deviendront elles-mêmes contagieuses  ;
  • la contamination peut également se faire par le biais des mains et d’objets souillés par des gouttelettes de salive.
La composition du vaccin contre la grippe pour 2019-2020

Les virus grippaux ont la propriété de muter facilement, particulièrement les virus de type A et dans une moindre mesure ceux de type B. Tous les ans, il faut donc adapter les vaccins grippaux à ces modifications pour qu’ils soient le plus efficaces possible.

Le vaccin contre la grippe 2019-2020 est élaboré en vue d’apporter une protection contre les quatre souches de virus grippaux les plus susceptibles de circuler :

  • les deux souches de virus A (H1N1) et (H3N2), différentes par rapport à la saison précédente,
  • et les deux souches de virus B, identiques à l’an passé.

Les symptômes de la grippe les plus fréquents sont :

  • une forte fièvre (autour de 39 °C) ;
  • des frissons ;
  • une fatigue intense (asthénie), une sensation d’abattement avec perte d’appétit ;
  • des douleurs musculaires (courbatures) et articulaires diffuses ;
  • des maux de tête (céphalées) ;
  • puis une toux sèche et douloureuse.

La personne contaminée par le virus de la grippe est contagieuse pour les autres, jusqu’à cinq jours après le début des premiers symptômes chez l’adulte, voire sept jours chez l’enfant.

Le diagnostic de grippe

L’examen clinique du médecin traitant est en général suffisant pour poser le diagnostic de grippe.

GRIPPE : QUE FAIRE POUR ÊTRE SOULAGÉ(E) ?

Vous avez la grippe

Voici quelques conseils pour vous soulager.

  • Si vous avez de la fièvre, buvez régulièrement et de manière abondante pour éviter une déshydratation.
  • Portez des vêtements légers. Bannissez les couettes et édredons : ils font transpirer et risquent de faire grimper votre température.
  • Pour lutter contre la fièvre et les douleurs musculaires et/ou articulaires, la prise de paracétamol est généralement conseillée. Veillez toutefois à utiliser un dosage adapté à votre âge et à votre poids et à respecter les contre-indications.
  • Reposez-vous.

Votre enfant a la grippe

  • Installez-le dans une pièce fraîche et aérée (entre 18 et 20 °C) et évitez les pièces surchauffées.
  • Ne le couvrez pas trop ; enlevez-lui des épaisseurs de vêtements pour permettre à la chaleur de s’échapper et abaisser sa température corporelle. Ne le déshabillez pas complètement, car il pourrait alors avoir trop froid et commencer à grelotter.
  • Donnez-lui souvent de l’eau fraîche ou une boisson qu’il aime pour qu’il boive avec plaisir. Ne le limitez pas dans la prise des boissons et pensez à lui proposer souvent à boire même s’il ne vous le demande pas. A fortiori, si votre enfant est trop petit pour manifester sa soif, pensez à lui donner souvent à boire. C’est capital pour éviter la déshydratation.
  • Il n’est pas conseillé de lui donner un bain à 2 °C en dessous de sa température, car votre enfant peut se mettre à frissonner et se sentir mal, en raison d’une baisse rapide de sa température. Ce qui va à l’encontre de votre objectif qui est d’améliorer son confort.
  • Votre enfant a la grippe et beaucoup de fièvre : quel médicament utiliser ?
    Pour traiter la fièvre de l’enfant, il est conseillé de n’utiliser qu’un seul médicament . Le paracétamol est le médicament conseillé : un maximum de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en quatre ou six prises, soit environ 15 mg/kg toutes les six heures ou 10 mg/kg toutes les quatre heures.
    Aucune étude ne prouve que l’alternance ou l’association de deux médicaments est plus efficace. Votre médecin jugera de l’utilité d’utiliser plusieurs médicaments.

QUAND DEVEZ-VOUS CONSULTER EN CAS DE GRIPPE ?

Une grippe “met à plat” mais elle reste normalement supportable.

Consultez votre médecin traitant :

  • si vous êtes enceinte et grippée ;
  • si vous soupçonnez la grippe chez votre bébé ;
  • si vous soupçonnez avoir la grippe et que vous avez plus de 65 ans ;
  • si vous êtes atteint d’une maladie chronique ;
  • si vous suivez un traitement responsable d’une  (corticoïdes, anti TNF alpha, traitement post-greffe…) ;
  • en cas de fièvre mal supportée (plus de 40 °C) ou de symptômes inhabituels pour une grippe :
    • essoufflement au repos et difficultés pour respirer,
    • réapparition d’une fièvre après une amélioration des symptômes,
    • apparition d’une toux productive avec crachats purulents ou avec présence de sang…,
    • diarrhée et déshydratation,
    • troubles de la conscience.
  • en l’absence d’amélioration sous 72 h, voire plus tôt, s’il y a une brusque aggravation.

GRIPPE : QUEL TRAITEMENT CHEZ L’ADULTE ET L’ENFANT ?

La grippe est une maladie virale. Son traitement  vise à soulager les symptômes et il est adapté selon que le malade est un adulte ou un enfant.

La grippe chez l’adulte

Le traitement de la grippe associe :

  • le repos ;
  • la réhydratation ;
  • la prise d’antipyrétiques en cas de fièvre : paracétamol, ou en cas de contre-indication au paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène) ou aspirine.
    Utilisez de préférence un seul type de médicament. Il ne faut jamais associer les anti-inflammatoires non stéroïdiens entre eux, ni en prendre en même temps que l’aspirine.

Des complications infectieuses graves cutanée, pulmonaires, ORL neurologiques… ont été constatées après de courtes durées de traitement par l’ibuprofène et le kétoprofène. C’est pourquoi, l’utilisation des AINS, lorsqu’elle est nécessaire, doit être la plus courte possible (moins de 3 jours en cas de fièvre) et à dose minimale.

Le recours à un médicament antiviral (Oseltamivir ou Zanamivir) est le plus souvent inutile. Il peut être proposé par le médecin traitant à des personnes particulièrement fragiles. Dans ce cas, le traitement est efficace s’il débute dans les 2 jours après l’apparition des symptômes.

Une hospitalisation est parfois nécessaire dans les formes graves ou compliquées de la grippe.

Tout au long de la maladie, adopter les “gestes barrières” comme se laver les mains, utiliser des mouchoirs à usage unique, porter un masque jetable, tousser ou éternuer dans son coude, protège l’entourage de la contamination par le virus grippal.

La grippe chez l’enfant

Chez l’enfant grippé, le repos et une bonne hydratation sont indispensables.

Pour traiter la fièvre de l’enfant, il est conseillé de n’utiliser qu’un seul médicament Votre médecin prescrit en général du paracétamol. Aucune étude ne prouve que l’alternance ou l’association de deux médicaments est plus efficace. Votre médecin jugera de l’utilité d’utiliser plusieurs médicaments.

Une hospitalisation est nécessaire dans certains cas : nourrisson de moins de 6 mis, forme grave de la grippe…

L’utilisation des médicaments antipyrétiques varie selon l’âge de l’enfant

  • Si votre enfant a moins de trois mois, il ne peut prendre que du paracétamol, à une dose maximum de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en quatre ou six prises, soit environ 15 mg/kg toutes les six heures ou 10 mg/kg toutes les quatre heures. Un avis médical s’impose.
  • Si votre enfant a plus de trois mois, il peut prendre du paracétamol en priorité et, en cas de contre-indication (allergie, maladie du foie, ), de l’ibuprofène. Leur dose est adaptée à son poids :
    • pour le paracétamol : un maximum de 60 mg par kilo et par jour, à répartir en quatre ou six prises, soit environ 15 mg/kg toutes les six heures ou 10 mg/kg toutes les quatre heures ;
    • pour l’ibuprofène : un maximum de 20 à 30 mg par kilo et par jour, à répartir en trois ou quatre prises, soit maximum 10 mg/kg toutes les huit heures ou 7,5 mg/kg toutes les six heures.
  • Si votre enfant a plus de 6 mois, il peut prendre, à la place de l’ibuprofène, un autre anti-inflammatoire non stéroïdien : le kétoprofène. La dose doit être adaptée à son poids : un maximum de 2 mg par kilo et par jour à répartir en quatre prises, soit un maximum de 0,5 mg par kilo toutes les six heures.

Attention !

Si votre enfant a la varicelle ou si celle-ci est suspectée, il ne doit pas prendre d’ibuprofène ou de kétoprofène car les anti-inflammatoires non stéroïdiens augmentent le risque de complications infectieuses bactériennes de la varicelle.
De la même façon, si votre enfant est déshydraté (diarrhées et vomissements importants) ou si l’on suspecte une infection bactérienne, les AINS peuvent aggraver son état de santé.
Des complications infectieuses graves cutanée, pulmonaires, ORL neurologiques… ont été constatées après de courtes durées de traitement par l’ibuprofène et le kétoprofène. C’est pourquoi, l’utilisation des AINS, lorsqu’elle est nécessaire, doit être la plus courte possible (moins de 3 jours en cas de fièvre) et à dose minimale.
L’aspirine ne doit pas être administrée chez l’enfant sans avis médical, en raison du risque de survenue d’une  mais grave (le ).

(source:  ameli.fr/assure/sante/themes/grippe)